Nantes
06 19 31 47 64

Consultante en alimentation, santé et bien-être en ligne et dans la région Nantaise

L'assiette du bien-être
Coach Nutrition à Nantes

Consultante en alimentation, santé et bien-être en ligne et dans la région Nantaise

 

Tout ce que vous devez savoir sur le bio !

Bonjour a tous ! 

 

Peut-être avez-vous entendu parler de cette nouvelle étude mettant en évidence le lien entre l’alimentation biologique et cancer ?

Il s’agit d’une étude épidémiologique française, publiée le 22 octobre, qui révèle que les consommateurs réguliers d'aliments issus de l'agriculture biologique voient leur risque de développer un cancer diminué de 25% par rapport à la moyenne de la population.

Ce taux atteint même 34% pour les cancers du sein jusque 76% pour les lymphomes (type particulier de leucémie). 

L’hypothèse justifiant cette observation repose sur la sous-exposition aux pesticides chez les personnes qui consomment régulièrement du bio (par rapport au reste de la population).

Cette étude démontre encore une fois l'importance qu'à notre alimentation sur notre santé mais plus précisément, elle met l'accent sur la qualité supérieure des produits biologiques par rapport aux produits traditionnels. 

​Cela semble évident pour tout le monde mais .... 

Concrètement, que penser du bio ? 

C'est vrai, nous entendons toujours qu'il faut privilégier les produits bio pour l'environnement, pour notre santé ... mais qu'en est-il réellement ? 

Est-ce qu'un aliment issu de la filière AB possède systématiquement des qualités exceptionnelles et supérieures à son équivalent standard ?

Tout d’abord, petit rappel : qu’est ce que l’agriculture biologique ?

 

C’est un mode de culture et d’élevage respectueux de la nature et du bien-être animal.

L’agriculteur doit respecter un cahier des charges strict pour pouvoir prétendre au label bio.

​Concernant les cultures végétales (céréales, légumineuses, fruits & légumes), cela implique : 

  • L'interdiction d’utiliser des pesticides de synthèse : l’utilisation de produits phytosanitaires sera restreinte au maximum, et si besoin seules certaines substances référencées sont autorisées.
  • La fertilisation naturelle des sols :
    • rotation des cultures (par exemple, planter des légumineuses après une culture de céréales pour enrichir le sol en azote) ; 
    • utilisation de déchets organiques des animaux ; 
    • peuplement cultural (c’est-à-dire associer des variétés de plantes qui vont mutuellement se protéger).
  • Interdiction d'utiliser des OGM

Concernant l'élevage, on va chercher à respecter les besoins spécifiques relatifs à chaque espèce animale, à privilégier le lien du sol et du bien-être animal. 

​Concrètement, cela implique : 

  • une densité limitée avec des bâtiments et des espaces adaptés au nombre d’animaux
  • ​un accès au plein air obligatoire
  • ​une utilisation restreinte des antibiotiques

​En respectant ce cahier des charges, l'agriculteur peut ainsi avoir le droit de vendre ses produits avec un de ces 2 labels, certifiant de la conformité au bio. 

Le bio : avantages & inconvénients

 

Pour l’environnement & les animaux : il n’y a que des avantages : culture écologique, qui consomme peu d’eau, d’énergie, contamination des sols limitée et respect du bien-être et de la santé animale. 

 

Pour l’agriculteur : le bilan est plus mitigé car ce mode de culture implique règles strictes, qui augmentent le temps pour obtenir les récoltes, avec un rendement parfois plus faible et un risque de mortalité animale plus important.

 

Et pour nous, consommateurs ?

Pour estimer la qualité d'un produit alimentaire, il faut se pencher sur ses 4 aspects : sanitaire, organoleptique, nutritionnel et pratique. 

 

Alors bio vs conventionnel, qui gagne le match ?

 

  • Aspect sanitaire :  

​​​Les règles d'hygiène sont identiques pour tous les modes de culture et d'élevage mais on note un nombre de contrôles supérieurs pour l'AB. Ces contrôles visent à vérifier le respect du cahier des charges bio et indirectement, un contrôle sanitaire plus fréquent. 

 

  • Aspect organoleptique :

​​​Pour les produits animaux (viandes, poissons, œufs et produits laitiers) : pas de différence notable en terme de goût. 

​Pour les céréales et les légumes secs : c'est pareil, 2 farines auront les mêmes qualités quelles soient bio ou non. 

​Pour les fruits & les légumes : la quantité d’eau présente dans les végétaux bio est plus faible.

Le choix des variétés, le mode de culture respectueux (quantité d’eau utilisée inférieure notamment pour les plants de tomates), les conditions de récolte (à maturité) et la durée de stockage plus limitée expliquent aussi la concentration des saveurs dans les végétaux bio. 

 

  • Aspect nutritionnel :

​​​Pour les produits animaux (viandes, poissons, œufs et produits laitiers) : pas de différence notable, une teneur en oméga 3 légèrement plus élevée dans certains produits bio.

​Pour les céréales et les légumes secs : pas de différence entre le bio et le non bio. 

​Pour les fruits & les légumes : teneurs en vitamines, minéraux et oligo-éléments similaires. 

A noter : Une récente analyse a révélé des teneurs en antioxydants (polyphénols et flavonoïdes) plus élevées dans certains végétaux bio (de 10 à 50% selon les aliments considérés : pommes de terre, brocolis, oignons, raisin, poires, tomate et carottes).

  • Aspect pratique :

​​Prix : les produits bio sont en moyenne 30 à 50 % plus chers que les produits traditionnels justifiés par des règles plus strictes, un rendement plus faible et un coût des matières premières qui est plus élevé pour les agriculteurs ;

Disponibilité : les produits bio sont de plus en plus accessibles, la plupart des grandes surfaces et des épiceries ont leur rayon bio ;

Conservation : les féculents, légumes et fruits bio se conservent mieux car les pertes liées au stockage (desséchement, moisissures…) sont réduites ; 

Emballages : plus respectueux de l’environnement (interdiction de plastiques contenant du chlore)

Que faut- il retenir de tout cela ?

Bien évidemment, je ne reviendrais pas sur l’aspect écologique et le respect du bien-être animal qui justifient l’intérêt de privilégier le bio quelque soit le produit considéré.  

Plus spécifiquement, on notera pour le bio

- des taux de pesticides plus faibles dans les végétaux (on trouve uniquement des  résidus) ;  

- des teneurs en antibiotiques réduites dans les viandes et produits laitiers ; ​

​- une utilisation d'additifs plus limitée dans les produits industriels ; 

​- l'absence d'OGM dans les viandes et les produits laitiers.

Bon à savoir : 

Il y a une utilisation importante de soja et de maïs transgénique dans les tourteaux nourriciers des élevages conventionnels, ce qui implique que nous consommons sans le savoir des OGM dont on ne connaît pas l'effet à long terme.... 

​L'administration massive d'antibiotique dans certains élevages favorise l'antibio-résistance chez l'homme. 

 

​​​Pourtant, au vu de la différence de prix notable entre ces produits, on ne peut pas toujours privilégier le "tout-bio". 

Alors comment faire pour optimiser son alimentation, agir de manière éthique pour l'environnement et les animaux tout en maîtrisant son budget ?

Voici mes conseils : ​

 

  • Privilégier le bio pour les farines, pains et céréales complètes (le son du blé y est conservé et c’est au sein de cette enveloppe que s’accumule les pesticides) ; la pomme de terre issue de l'agriculture conventionnelle présente elle aussi un taux élevé de pesticides.

 

  • ​Pour les végétaux: je vous conseillerai toujours consommer des produits locaux et de saison. Cela vous assurera une qualité organoleptique (gout, saveur…) optimale et ce quelque soit le choix du produit.

​​Si on ne peut pas acheter tout bio, voici la liste des fruits et des légumes les + riches en pesticides (et donc ceux qu'il convient de choisir bio dans l'idéal) : pommes, raisins, fraises, pêches et nectarines, cèleri, poivrons, concombres, tomates cerises, épinards, salades et pois mange-tout. 

 

Bon à savoir : ​les fruits à peau épaisse (agrumes, banane, ananas, melon...) sont moins contaminés par les pesticides. 

 

  • Pour les produits animaux : une bonne alternative au bio : la filière Bleu, Blanc, Cœur  où les aliments issus de cette filière présentent des teneurs en oméga 3 plus élevées :  viande bovine, volaille, viande de porc, charcuterie, lapin, agneau, œufs, produits laitiers (fromages, laits, yaourt), matières grasses (beurre, crème). ​​
  • Ne pas hésiter à acheter vos aliments bio en grande surface, la plupart des marques distributeurs ont leur référence bio et cette dernière est toute à fait intéressante car moins coûteuse qu’un produit vendu en épicerie bio.

 

Désormais vous savez tout sur les qualités des produits biologiques et sur les aliments qu'il faut préférer bio en priorité.

Bien évidemment, le prix reste le principal frein à l’achat du bio. Il est tout de même possible de rester dans un budget raisonnable et adapté à ses moyens si on l’on choisit de cibler certains produits.

Mais surtout n'oubliez pas : bio ou non, l'alimentation doit rester un plaisir du quotidien ! ​


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.